INTRO/COMMENTAIRESEau, sel, sable et roches en 100% couleurs intenses un parcours passant par le sud du Brésil, le nord de l'Argentine, le sud de la Bolivie et le nord du Chili
HUMAHUACA - Argentine
Un tour en ville, c'est en 1 clic...
Vendredi 10 août 2012 Mais où est donc Hornocal

Hosteria Solar del Quebrada - 300 pesos - OK++ www.solardelaquebrada.com.ar Caractéristiques Petit hôtel, d'une dizaine de chambres, joliment décoré. Plein de tableaux dans les espaces communs. En hauteur, en coeur de ville donc tout est accessible à pieds. Télé, wifi et petit déjeuner continental. Points + Une belle vue depuis la chambre, être à la fois près de tout et retiré du bruit de la ville, l'accueil sympa et aidant du personnel. Le copieux petit déjeuner. Points - Pas de chance, nous sommes tombés un jour où un important groupe de jeunes occupait l'hosteria et l'hostal voisin. Donc plein de bruits, de hurlements... dans les couloirs !
RESTAURANT EL REFUGIO Menu, coût et commentaires Une carte proposant des plats locaux et des menus à des prix défiant toute concurrence. Un quisneo de quinoa, un locro, 1 crèpe de dulce, 2 cocas et 2 cafés pour 99 pesos. Nous vous recommandons fortement surtout si vous souhaitez goûter à de la cuisine locale. Nous avons apprécié La carte, le goût des plats, le décor ambiant, la sympathie du personnel. Nous avons été déçus Par rien.
Une envie de zigzag...
5 - TUPIZA TILCARA-HUMAHUACA J4Une journée zigzagrisante...
C'est parti pour une montée en altitude d'environ 500 mètres puisque nous allons à Humahuaca, 2 850 mètres, sans nous presser. Lever à 7h30, copieux petit déjeuner à 8h30, taxi à 9h50 et bus à 10 heures. Balut nous transporte dans un bus jaune pendant 1 heure, au tarif de 10,5 pesos par personne. La ligne du Capricorne est traversée et à 11 heures c'est déjà le terminal de la plus grande ville de la Quebrada. Nous avions des adresses mais en discutant avec Luz, elle nous a recommandé la posada Solar del Quebrada et nous la suivons. Quelques minutes d'échanges avec diverses personnes et c'est en sac à roulettes que nous y allons car il y a moins de 500 mètres à faire - en montée - donc demain en descente... Coup de "chance", il y a une jolie chambre - vous verrez pourquoi j'ai mis des guillemets plus tard... Dépose des sacs et départ pour un tour en ville. L'objectif premier de cet arrêt est d'aller voir Cerro Hornocal également nommé Arcos del Diablo ou 21 colores ou... Bref, le lieu THE lieu du coin. La gérante de la posada nous conseille 2 agences d'excursion. La première est fermée et la seconde ne prévoit pas de sortie car il y a trop peu de touristes à cette saison. L'employée nous conseille de voir avec un remise. Une jeune fille nous remet une pub pour un resto avec des menus à 30 pesos, on va aller voir. En passant sur la place principale, nous nous demandions pourquoi il y avait tant de monde et tout à coup une petite musique résonne dans les rues... Mon cerveau se met à fonctionner, mais oui bien sûr, il est midi... Vite, vite vers la place sinon on va la louper... Quoi ? Mais la bénédiction de San Francisco Solano. On arrive juste à temps pour le voir. Dans les rues, il y a de nombreux vendeurs d'objets touristiques. Une statue domine la ville, c'est celle de l'Indien des guerres d'indépendance, on aime ou on aime pas. Nous, c'est pas vraiment. La petite église de la Candeleria se visite en quelques minutes. Nous avions prévu d'aller voir celle d'Uquia mais finalement nous y renonçons par manque d'envie profonde. Le coeur de ville est vivant et invite à la déambulation. Au marché, des fraises sortent tous leurs atours pour nous dire "Un moment de gourmandise vous attend pour 5 pesos", donc comment leur résister ? Elles sont toutes mimis, les minis pommes de terre de diverses couleurs sur les étals des marchandes. J'avais emmené du baume à lèvres hydratant mais pas assez protecteur du soleil donc les lèvres sont légèrement brûlées. Un tour à la pharmacie s'impose et un tube de protecteur solaire Nivea rejoint nos sacs avec des mouchoirs et de l'Ibuprofène contre 28 pesos. Il est 13 heures, le temps du déjeuner, donc direction El Refugio, le resto de la pub. Ce fut une bonne idée tant nos papilles et porte-monnaie furent ravis ! Retour à l'hosteria, discussion avec la réceptionniste qui nous commande un remise pour aller aux antenas, meilleur point de vue sur le Cerro Hornocal, d'après divers locaux. Départ à 15 heures, en voiture de ville, le trajet aller dure une heure, d'abord sur un plateau d'altitude puis en grimpette jusqu'à presque 5 000 mètres. Nous passons en proximité d'un village avec les ruines d'une petite pucara. Pour info, c'est la route en terre 73 à prendre pour aller aux ruines de Coctaca ou à Palca de Aparzo. Quelle est la distance entre Humahuaca et les antennes, aux dires des uns et des autres une trentaine de kilomètres. Nous montons, montons, montons et tout à coup un croisement repérable à la présence d'un autel à la Pachamama et d'un autre à Gauchito. Il faut prendre à droite... En 2014, des panneaux indicateurs sont apparus et une contribution financière est demandée pour accéder aux antennes... Aux détours de quelques virages, nous avions commencé à apercevoir les plissures aux 21 couleurs. Maintenant, les voilà dans toute leur immensité juste devant nous. Les yeux sont ébahis devant un tel spectacle. D'autres, plus férus que nous en géologie, vous expliqueront le pourquoi du comment et à partir de quoi la Terre a choisi de créer de telles merveilles et de nous les rendre accessibles. Notre contribution sera de vous encourager, si vous passez en cette zone, à prendre le temps de vous offrir ce magnifique spectacle naturel. C'est juste grandissime ! Par contre, le vent souffle fort et froid. Notre logeuse nous avait conseillé de prévoir gants et bonnets et elle a bien fait. Au bout d'un peu plus d'une heure sur la zone, nous repartons les yeux plein de zig-zag en couleurs et la gorge pleine de wouahhh en mode maxi taille. L'hosteria est atteinte à 18 heures, la sortie nous est revenu à 280 pesos. Il y avait un seul autre véhicule transportant 4 touristes, un 4x4. Ils sont partis comme des fous, la poussière soulevée sur la route était visible de loin. Nous étions à un rythme plus sénatorial et tout à coup, nous voyons deux des touristes en train de faire des signes sur la route. Ils ont crevé. Nous proposons de l'aide mais ils n'en ont pas besoin. Comme quoi, rien ne sert de courir... La puna, ou mal d'altitude ou sorroche, nous a laissé tranquilles. L'habituation a l'air de se faire correctement. A suivre... Quand, c'est bon nous cantinons. Parfois, la curiosité est plus forte et nous varions - et ce soir-là ce fut à tort. Le dîner à El Portillo fut correct mais sans réjouissance. Par contre, les prix du secteur sont nettement plus bas qu'ailleurs - 108 pesos pour 1 bière Quilmes, 1 petite eau pétillante, 2 plats de pâtes et deux crêpes, soit le menu à 35 pesos. La poste est ouverte en cette heure tardive et toute une série de timbres, pour 96 pesos, va nous permettre d'écrire aux non-internopraticiens. Enfin, quand nous aurons des cartes ! Une tisane, avant de regarder la consécration de Sebastian Crismanich, le seul médaillé d'or argentin des JO de Londres puis dodo vers 23 heures.
LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... P'tis + Texte Intro Texte Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...