A2
12 GRENATS TCHEQUES ENTOURES DE 4 PETITS BRILLANTS VOYAGESQUES
Vendredi 19 juillet - Gruyères à Gesenhausen (Allemagne) - 541 km
Un maxi brillant autorouté
LA TIT' GORGEE DU JOUR... Ohhh, le petit paquet carré tant rêvé...
Debout à 7 heures avec le programme habituel des matins voyages, soit douche, petit déj, rangeage des sacs et un détour par Internet en supplément. Quelques courses pour la route: eau, petits gâteaux Ovomaltine – super craquants mais le goût Ovomaltine est trop peu prononcé pour moi. La nouveauté, par rapport à notre dernier voyage en voiture - en 2008, c'est le traçage du parcours du jour sur la tablette. La voiture n'est pas équipée de GPS mais la tablette contient toutes les cartes nécessaires. Donc l'itinéraire est surligné en bleu et devrait nous mener au dessus de Munich. Nous avons choisi de ne pas investir dans un GPS car en Martinique il ne nous servirait à rien !!! Départ à 9 heures. L'autoroute passe par Fribourg, Berne, Zurich, Winterthur longe le lac de Constance (Bodensee) et arrive en Autriche à Bregenz pour un passage de quelques kilomètres, un peu tortilleux le passage. Nous déjeunons vers 14 heures en bordure du lac de Constance de bricolettes achetées le matin. Du coup, la vignette autricihienne autoroute 2 mois (il existe des versions 1 an, 2 mois et 10 jours) vient se poser sur le pare-brise sous le rétro central. Dans la boutique de la station, ils sont là devant moi, les petits paquets roses tant rêvés: des Napolitaner de Manner. C'est un gourmandissime wouawouhesque retour en enfance dès que le goût des noisettes se répand dans ma bouche. J'en ai acheté 4 paquets d'un coup !!! Petit bémol, la dominance sucrée du goût des gaufrettes. J'oscille entre le plaisir retrouvé de tirer sur la languette du petit paquet carré et la rouspétance de mes papilles d'adulte "du sucré oui mais point trop n'en faut". Diverses pauses essence, commodités, achat d'une carte papier car celles sur la tablette j'ai du mal à les lire avec la lumière dans la voiture (en même temps en ce trajet il n'y a guère à lire) et j'adore manipuler ce géant bout de papier dans tous le sens. C'est un de mes plaisirs du voyage en voiture. Donc, je ne vois pas pourquoi je devrai m'en priver et me limiter à la version numérique. C'est l'arrivée en Allemagne et re-autoroute en direction de Munich. Jusque là tout va bien mais tout à coup bouchons. Et là, les mêmes idiots volantesques qu'at home changent de file dès qu'ils voient que cela avance un chouia plus vite à droite ohhh et puis à gauche ahhh maintenant à droite… Bref, ils ne se rendent pas compte qu'avec ce comportement, ils augmentent le ralentissement car à chacun de leurs changements de file des voitures sont obligées de sur-freiner. Vivement que des caméros aériennes sous drones les détectent et leur fassent annuler leur permis, confisquer leurs voiture… (mon imaginaire intransigeance punitatoire est à la hauteur de ce que je pense d'eux). Par contre, une pratique locale permet de désengorger un peu le bouchon: l'autorisation d'utiliser la bande d'arrêt d'urgence quand il y a surnombre de voitures. D'ailleurs tant que j'en suis à la conduite, c'est idem avec tous ceux dépassant largement la vitesse autorisée sur autoroute dans chacun des pays traversés et fonçant sur vous en espérant vous voir déguerpir de LEUR route, alors que vous êtes à la vitesse maximum autorisée. J'ai été surprise de voir que pas grand monde ne respectait les vitesses en Suisse, Allemagne, Autriche, République Tchèque. Globalement, nous avions du monde sur la route mais pas trop. Nous nous sommes alternés au volant environ toutes les deux heures. C'est topissime pour quelqu'un vivant dans une micro île et non ilien de nature, de conduire deux heures et de savoir qu'il y a encore possibilité de conduire deux heures et encore deux heures et d'avancer toujours ailleurs toujours plus loin ! La plupart des commodités sont gratuites jusqu'à présent mais en Suisse sur les aires hors station ils sont parfois un peu justes en entretien – à une station en rénovation ils sont devenues payantes à 1 franc suisse ! L'ouverture du poste "commodités" dans le budget en devient nécessaire et vous verrez en fin de parcours qu'il finira par être loin d'être négligeable. Il est 17 heures et nous envisageons de nous arrêter. Certains auraient probablement poussé plus loin mais le quota de "travail" de la journée est atteint et l'envie de repos devient forte. Deux zones d'hôtels en bord d'autoroute sont visées (merci tablette - là elle sert pleinement). La première ne nous plaît guère par son côté Casinos et autres plaisirs (sic), la deuxième est en bordure d'un petit village. D'un côté un moderne B&B et de l'autre un hôtel traditionnel, donc nous traditionnons. L'allemand, langue peu souvent utilisée doit ressortir des tréfonds de ma mémoire car les premières personnes rencontrées ne parlent pas anglais. Quand on sait à quel point, l'allemand et moi nous étions copains on se demande ce qui peut bien émerger de ces tréfonds ! Et bien presque plus que ce que j'étais capable d'utiliser au collège ou au lycée. Je me souviens de mon prof de seconde qui avait passé un deal avec moi en matière d'interrogations écrites en me mettant d'office 8 pour lui éviter de perdre son temps à corriger mes copies et j'avais approuvé car 8 c'était bien payé pour le niveau. Toutefois, le grand-père de la famille parle un peu français et m'explique que c'est parce qu'il va souvent en France à Deauville acheter des chevaux. Il est 17h30 quand nous posons les sacs dans la chambre. Un petit tour dans le village, nous permet de découvrir une coutume locale: planter un mat de cocagne à la naissance d'un enfant. L'église est mignonette avec son clocher bulbaire mais fermée. Le soir nous dînons en partie en musique car le groupe du village est réuni pour une soirée privée de bons moments entre amis. Les portes sont ouvertes et les clients de l'hôtel ont le droit de venir voir ce qui se passe, d'écouter mais pas de filmer les personnes. Petite promenade digératoire dans le hameau, collecte des points clefs du jour et dodo vers 23 heures.
La suite... G1LA TIT' NOTE DU JOUR... Hôtel 50 Resto 30 Voiture: essence... 90 Visites 0 Petits frais 1 Eaux et pauses 9 Total en euros 180
Hôtel Gastof Liebhardt - 50 euros - OK presque+ Caractéristiques Des allures de vieille maxi ferme rénovée et me revoilà plongée dans un autre souvenir d'enfance à base autrichienne mais surtout à base des mêmes meubles, organisation de la salle à manger, des couettes dans leur housses blanches… Cela paraîtra un peu vieillot à certains. Petit déjeuner très complet servi à table. Points + Grande chambre avec un grand bloc salle de bain incorporé à la couleur pschittante ! Excellent rapport qualité/prix. Points - Télé sat allemande, suisse et autrichienne uniquement. Pas de Wifi. Lit sun peu mous à notre goût.
INTRO ET COMMENTAIRES Avant... A1Restaurant de l'hôtel Menu, coût et commentaires Bonne cuisine de restaurant familial de village pour 1 rumsteack avec des frites, des filets mignons de porc avec des pommes de terre sautées et 1 salade (sans sauce !), 1 part d'apfelstrudel et 2 bières pour 30 euros. Le restaurant sert parfois de salle d'entraînement à un groupe de musiciens locaux. Nous avons apprécié La qualité globale et l'excellent rapport qualité/prix. Nous avons été déçus Par rien
Texte Texte Intro P'tis + Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti France RépTchèque Autres Tyrol Italie LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... Québec Hiver Namibie2015 © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...