ABECEDAIRE p1 ABECEDAIRE p3 INTRO/PARTAGE
News

Du haut de ces 40 pages, 15 jours de découvertes égyptiennes en été 2011, se décryptent... ABECEDAIRE PRATIQUE, MNESIQUE ET / OU REFLEXIF - F à N
... FRATERNISER, avec les gens Les conceptions de voyages varient. Certains optent pour une centration sur les humains et donc les habitants des lieux visités. D’autres, dont nous, pour les sites, les éléments naturels, les monuments, les traces du passé… Dans les forums et sites de voyage, des commentaires sont parfois très négatifs à l’égard des personnes peu en recherche de contacts avec la population, ayant peu d’envie de partager des discussions, des moments de vie, des styles de vie… Cela semble une obligation, un devoir, un absolu de s’intéresser aux habitants des temps présents. Si vous osez dire que cela ne vous attire guère, cela peut vous faire positionner dans une catégorie honnie de voyageurs !!! Bien sûr, nous sommes très contents d’avoir vécu de belles rencontres ou eu certains échanges. Toutefois, si aucune occasion ne se présente nous n’irons pas en provoquer. Nous ne nous sentons nullement attirés par des expériences telles que le coachsurfing ou le woofing. Sans les monuments anciens, nous aurions fait un autre choix que l’Egypte pour le voyage de cette année. Le tourisme balnéaire y est (était) en plein développement et attire de nouvelles populations. Les russes y sont majoritaires. Ces regroupements massifs en méga-hôtels sont peu attirants à nos yeux et auraient eu peu de chance de nous faire venir. A chacune, chacun ses mobiles de voyage, ses choix de style, ses attentes, ses joies… GUIDANCER, par un égyptologue ou un vendeur ? Lorsque vous voyagez avec un TO, vous êtes encadrés par un guide ou un responsable de séjour. Son objectif premier peut-être de vous vendre un maximum de suppléments ou de vous faire acheter un maximum de souvenirs chinoiysant ou pas (commission oblige). Certains s’en font une spécialité et veulent faire croire au contraire par des petites phrases du style "Vous n’êtes pas obligé d’acheter, on apprend toujours en allant dans un…, vous êtes libre de suivre mes conseils d’acheter là ou pas, … ". Mais heureusement, ce n’est pas le cas de tous. Pour nous, ce fut un guide sur deux en mode en avant les achats. Il y eut une journée pénible car nous fîmes le tour de 3 gift-shops : albâtre, coton et papyrus. Nous avons également constaté, chez certains guides de notre groupe ou d’autres (pas tous), un non renouvellement de leur approche clientèle aux publics actuels. Certaines blagues ont été rodées dans les années 70/80 et pas renouvelées depuis. Tout comme la demande de "Bonjour" attendu de l'ensemble du groupe en parfaite chorale harmonique. La présentation des sites, les explications peuvent trainer en longueur, du moins à notre goût. La vision de ce qui intéresse les visiteurs des années 2010 est parfois en déccalage avec la réalité. Il y aurait bien besoin de renouvellement, de modernisation des méthodes (diaporama power-point sur les bateaux), mini-conférences avant, fiches synthétiques… Les explications manquent souvent de synthèse, de vie, de mouvement et donc potentiellement d’intérêt pour la plupart des gens. Nous avons constaté cela sur différents sites avec différents guides. De nombreuses personnes ont fait l’effort de lire un peu avant et n’apprennent guère en écoutant debout sous le soleil un discours de type professeur en chaire. Nous recommandons un remodelage communicationnel et stylistique. Nos deux guides ont été sympas et aidants: l'un un peu plus en mode vendeur, l'autre en mode décontracté et prières. HARCELER, ou les razzieurs en action Si vous avez rêvé de vous prendre pour une star entourée d’argentrazzieur, les sites touristiques égyptiens sont pour vous !!! Vous entendrez, en votre langue natale, foultitude de « Madame, 10 cartes pour 1 euro, Madame 1 carte d’Egypte pour 1 euro, une chemise climatiseur, 6 bracelets pour 1 euro, 2 bouteilles d’eau pour 1 euro… Madame Carla, Madame Bernadette, Madame Sophie Marceau, Tu viens d’où »… Il y en a moins en version Monsieur. En général, ils sont peu sur-insistants et il suffit de deux ou trois « La, choukran » pour que les premiers s’éloignent et cèdent la place aux suivants. J’avais trouvé une bonne technique d’éloignement avec mon parapluie ombrelle me servant de protection dès qu’on s’approchait trop de moi. Une autre technique était de répondre Martinique à la question de la provenance. Comme personne ne connaissait, cela les laisser coi ! Une seule scène vindicative à signaler, aux pieds des pyramides à Guizeh. Un homme avait posé un chech dans les bras d’une touriste en disant « Ramadan cadeau pour mon amie… ». La dame a voulu lui redonner sachant très bien que ce n’était pas un cadeau (exit le principe de non mensonge !!!) et comme il ne voulait pas le reprendre elle l’a posé par terre. Là ce fut l’explosion, les hurlements, les insultes et cela a failli être les coups. Heureusement, il y avait un policier dans le coin et il est intervenu pour calmer le vindicatif. Par contre, nous vous déconseillons de regarder ou de commenter la moindre babiole car ce sera perçu, compris et vous deviendrez un acheteur potentiel… INFORMATIQUER, pour internetiser Nous avions emporté avec nous un e-pc. Cela nous a permis de nous connecter régulièrement pour suivre les courriels. Les points clefs journaliers et les impressions à chaud ont été notés. Dans aucun des lieux d'hébergement l'accès internet n'était gratuit. 8 euros la carte d'une heure sur le bateau, 40 livres à Hurghada et 80 au Caire. Nous n'avons pas eu le temps d'aller dans un cyber espace même si nous en avons vu. Les moyens technologiques vus de-ci de-là semblent à la pointe des derniers produits. JAPONISER, de la merveille à la mocheveille Les moyens de japoniser ont été les mêmes que l’an dernier, soit un Panasonic Lumix DMC-TZ10 et un hand-cam Sanyo. Je suis déçue des résultats de mes prises (comme d’habitude). Il y a un mélange de non compétence et non capacité spontanée dans le domaine, de peu de temps pour les poses, de sur-lumière écrasante, de matériel non pro… Les photos sont non retouchées, là aussi comme d’hab. Je m’amuserai peut-être à en améliorer quelques unes dans les prochains mois… Suite dans la série des comme d'hab, même si il nous arrive de faire quelques portraits ou photos individuelles de près, je préfère éviter de les utiliser. Ce serait sans l'autorisation des personnes. Je ressens cela comme un vol d'intimité que j'apprécierais peu de subir, donc... Par contre, quand il y avait du monde devant les monuments, il y aura du monde sur les photos... En cherchant bien vous nous trouverez sur quelques clichés. KLAXONNER, pour conduire L’être humain se caractérise, entre autres, par une forte capacité à inventer des langages. En Egypte le klaxonning est très au point. Il y a des codes entre chauffeurs de diverses catégories de véhicules. Le niveau de ce langage est à la mesure du niveau du trafic. Il faut dire que le code de la route s’applique en mode optionnel. Le permis est valable dix ans et s’obtient par un simple examen. Nous avons eu de très bons chauffeurs, en particulier celui du Caire au calme olympien et à la détermination ramsésienne ! Les piétons ont peu de place dans cet univers et c’est impressionnant, dans les zones de forte densité véhiculesque, de les voir pirouetter entre les objets roulants. Nous avons roulé sur de fort belles routes et autoroutes. L’infrastructure routière est impressionnante. Partout, il y a des chantiers en cours, de ponts, de passerelles, d’embranchements… MAIS la plupart des chantiers sont actuellement à l’arrêt et en attente de relance. LIRE, avant ou pendant Nous avons à peine trouvé le temps de lire un livre chacun. A la fin de la croisière nous en étions à une vingtaine de pages par livre ! J’ai terminé le mien à l’aéroport du Caire. Cette année nous avions choisi deux romans faciles: La première nuit de Marc Levy et Le magicien de Jean-Marc Souvira. Si vous avez envie de regarder de beaux dessins réalisés au XIXème siècle, nous vous conseillons de parcourir "Le voyage en Egypte" de David Roberts. Certaines planches illustrent les pages monuments... Si l’ésotérisme vous tente alors vous trouverez de quoi réfléchir en lisant « Initiation » d’Elisabeth Haich. METEO-ISER, sans cuire ! Lorsque nous avons annoncé partir en Egypte en été, nous avons reçu moult commentaires nous annonçant des températures insupportables. On nous parlait de tête dans le four, d’impossibilité de respirer, d’air brûlant dans les poumons… Tout cela est totalement exagéré par rapport à ce que nous avons vécu. Certes, il faisait chaud mais dans un air sec, donc la plupart du temps la sensation n’était guère plus chaude qu’en Martinique en mai ou en août. La température la plus chaude que nous avons vécue était 47° à Abou Simbel. Au Caire il faisait, en journée, 35/36. Il faut dire qu’aux heures les plus chaudes nous étions rarement dehors en pleine activité. A Orly, j’avais été prise d’un doute et j’avais racheté toute une série de dosettes de sérum physiologique (pour les lentilles) en me disant si l’air est si sec que cela il me faudra peut-être humidifier les lentilles 3/4 fois par jour. Eh bien non, cela a été maximum 1 fois. Nous avons été étonnés de voir des gens sortir sans lunettes de soleil, sans chapeau… Nous les recommandons tout de même. Je me suis servie d’un parapluie ombrelle la plupart du temps et il m’est arrivé de le recouvrir d’un tissu léger humidifié. Cela me créait une zone d’ombre autour de moi et en même temps un fort pratique éloigne vendeurs de bimbeloteries ! Le soir, il faisait bon y compris sur le bateau. Nous n’avons jamais dormi avec la climatisation, comme la plupart des personnes avec qui nous en avons parlé. Il est vrai que sur le bateau, il y avait l’air frais du couloir passant sous la porte et cela suffisait à rafraîchir la cabine. Donc, vous pouvez aller en Egypte en été, vous ne mourez pas de chaud !!! Le leitmotiv de notre voyage a été « Il ne fait pas si chaud que cela !!! » NETTOYER, malheureusement un peu partout ! C’est ce qui manque en bien des endroits, en particulier au Caire et à Louxor !!! Malheureusement comme dans bien d’autres lieux, la tendance "Je jette où je suis" est fortement présente en Egypte. Nous avons du mal à comprendre comment on peut vivre au milieu des détritus. Qu’on ne vienne pas argumenter à coup de pauvreté car ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on est obligé de jeter sa cannette de Coca par terre et en plus de poser son fauteuil dessus. Nous avons parfois vu des rassemblements de 8/10 hommes assis sur des chaises au-dessus d’un tas de détritus. En quelques minutes, ils auraient pu faire place nette. C’est une attitude humaine que je ne comprendrais jamais et qui me désole à chaque fois que je la croise. Heureusement que l’Egypte a un faible taux d’humidité car sinon… On nous a dit pour Le Caire qu’une nouvelle société de nettoyage allait prendre les choses en mains. A suivre… ...
Texte Texte P'tis + Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... Intro © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...