INTRO/PARTAGE HURGHADA 1News

HURGHADA 3Du haut de ces 40 pages, 15 jours de découvertes égyptiennes en été 2011, se décryptent... HURGHADA - AU FIL ROUGE DE LA MER - J2
31 juillet – Vacances à la plage La journée s'est passée en mode sea, sun and sand ! Un lever tranquille à 8h30, suivi d'un bon petit déjeuner aux plats variés et d'un bain de mer. Nous sommes très peu piscine donc celle du Safir ne nous verra point. Samedi après-midi une jeune ukrainienne m'a démarchée à la plage pour me proposer les services du salon de beauté de l'hôtel. Après vérification auprès de la réception, qu'il s'agit bien d'un plan massage des plus honnêtes (!!!) je me suis inscrite pour l'option médicale: détente des muscles principalement du dos pour 40 dollars. L'avantage, c'est que le salon est sur le devant de l'hôtel, donc pas de gros effort à fournir ! A 11 heures, j'entre en cabine et découvre un trentenaire égyptien aux allures sérieuses de kiné professionnel avec une blouse blanche des plus immaculée. C'est décontractant et d'ailleurs tellement qu'une contraction au pied droit que je trainais depuis nan-ni nan-nan est restée en Egypte ! Notre dernière camarade de groupe attendait ma sortie pour se décider, elle profitera d'un massage complet aussi super. Il est 13 heures et c'est l'heure pour notre quadrinôme de rejoindre la petite terrasse en bord de piscine. D'autres français en séjour dans l'hôtel déjeunent en voisinage. Aujourd'hui, nous avons le choix entre pizza, poisson ou chevapchichi (du moins cela y ressemblait). Alors ce sera sans pizza pour nous et avec des frites. Le poisson est sans goût, la chevap (sorte de saucisse) est top. En dessert, un gâteau forêt noire très léger nous est servi. On attend le café avec impatience, il ne vient pas, mais où sont-ils partis faire le café ??? Impatience, on va être en retard… En retard ??? Et oui, à 14 heures, il y a le grand prix de Hongrie. L'un rejoint la chambre en premier et j'arrive juste à temps pour voir le départ avec un plateau et les cafés. Au final, Button monte sur la première marche devant Vettel et Alonso. Cela occupe bien le début de l'après-midi et les heures trop chaudes pour aller à la plage. Allez, une petite trempette et zou on file en ville, vers 18h15, en taxi pour 20 livres. Comment décrire l'affreux, l'inintéressant, le démentiellement inutile amoncellement de gifts shops en tous genres. Comme je tousse de plus en plus, un stop pharmacie s'impose. Surprise les médicaments, comme les musées, doivent avoir un prix spécial touristes: 154 livres (presque 20 euros) pour un sirop et quelques comprimés d'antibiotiques. Nous avions envisagé d'y faire nos achats obligatoires, voire de prendre un pot sur une sympathique terrasse. Mais, l'accumoncellement d'affreusetés "made in ailleurs" nous écœure et nous fait fuir. Allez, on rentre… à pieds, en 20 minutes, par la promenade qui a dû être ou sera un jour belle. Le jour où les travaux seront finis, où les plantes seront entretenues, les lampadaires allumés, les poubelles ramassées… J'oubliais, spasiba est à apprendre si vous passez par là… Da ? C'est l'heure du dîner bien à l'abri dans notre bulle de non-fumeurs. Et la soirée joue les bis repetita avec la veille. Une journée de ce type nous convient mais cela ne nous interesserait guère d'en faire plus. Demain ce sera un peu plus actif… Pas de joli décor dans la chambre, dommage.
Texte Texte P'tis + Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... Intro © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...