LE CAIRE... 3 LE CAIRE... 5 INTRO/PARTAGE
News
Du haut de ces 40 pages, 15 jours de découvertes égyptiennes en été 2011, se décryptent... LE CAIRE - LE FIL VILLES - J4
La visite est à 1 clic...
La visite est à 1 clic...
L'entrée est à 1 clic...
5 août – Du haut... Quarante siècles... C'est notre dernière journée active et le programme tourne autour des historiques pics. Quand nous avons préparé ce voyage, probablement l'unique en Egypte, nous nous sommes rapidement dit qu'il y avait un Absolu des absolus: la zone des pyramides de Gizeh et du Sphinx. Et voilà, c'est le jour du final… Lever à 6h15 et départ à 7h45 après un solide petit déjeuner. Nous sommes devant les Pyramides à 8 heures. Quelques minutes d'explication Mustapha a bien compris que notre groupe de 4 était peu demandeurs de détails et de précisions. Dès nos premiers pas sur le chemin menant devant la pyramide de Khéops, les agacements ont commencé. Nous voilà transformés en pots de miel aromatisé à l'Euro ou au Dollar !!! Collant, de chez collant – casse-pieds de chez casse-pieds se relaient pour nous rendre le moment désagréable. Il tente de nous mettre des choses dans les bras en clamant "Gift, my friend. It is Ramadan…" Je leur réponds "If it is a gift, during Ramadan it is free. I don't give you any money". Cela les calme un peu mais pas pour longtemps ! La transformation en pot de miel s'intensifie dès que notre guide s'éloigne. Nous avons jusqu'à 9h15 pour revenir devant cette grande pyramide et je souhaite aller au musée de la Barque. Donc, on y va… Nous logeons cette immensité et commençons à tourner par la droite. A peine arrivés à la première arrête, je sens que cela va virer au vinaigre. Mon compagnon commence à s'échauffer et à en avoir plus qu'assez des vendeurs de chinoiseries et autres cartes postales. Il est prêt à repartir au minibus et à abandonner la découverte. Il monte d'un ton et je dois intervenir en parlant très fort et très sèchement "Stop, please, let us quiet…". Cela se calme un peu mais il y a toujours des abeilles dans le coin ! Notre visite est en partie gâchée par tant d'ardeur à nous convaincre de dépenser euros ou dollars. C'est un moment qui flirte sérieusement avec le pénible. On en oublie presque de regarder, de photographier… ces magnificences. On en oublie presque qu'elles sont notre Must See du voyage. Où est l'entrée de ce musée de la Barque Solaire ? Nous y voilà enfin mais c'est fermé car il est 8h45 et il n'ouvre qu'à 9 heures. Je parlemente et fini par obtenir une autorisation d'entrer avant l'heure après qu'on m'ait bien expliqué "The law, the rules…" mais bon law et rules sont en mode variable ! J'entre seule et j'ai droit à cette splendeur, pour moi rien que pour moi, après avoir chaussé des protections, et un guide me suivant dans le lointain. Cette barque est d'une finesse - de quoi fendre les eaux d'un fleuve réel ou imaginaire. Mon accompagnateur me parle de la prochaine ouverture de la salle d'exposition de la seconde barque. Quand j'en parlerai à notre guide, il me dira qu'il n'y a qu'une barque et que j'ai du mal comprendre !!! Et on nous promet des guides égyptologues !!! Pendant ce temps, c'était tensions et presque bagarre à Gringopyramidialand. En effet, certaines abeilles sont devenues agressives et deux touristes ont failli se faire taper dessus. Heureusement, quelques policiers en faction dans le secteur sont intervenus avant que cela dégénère complètement. Du coup, en entendant cela, je n'ai plus envie de traîner dans le coin et mon compagnon, qui a assisté à la scène de loin, non plus. Dommage, vraiment dommage. On continue notre tour de Khéops en regardant les fosses des barques, l'ancien revêtement du haut de la pyramide posé sur le sol, les petites pyramides des femmes… Nous aurions pu choisir de visiter l'intérieur mais n'en avions pas envie. Un petit regret, avoir manqué de temps pour faire le tour de Khéphren et Mykérinos. En bus, nous rejoignons un point de vue légèrement en hauteur où la vue d'ensemble nous plaît fortement en particulier l'ouverture sur le désert restant. Le sol est, malheureusement, jonché de mégots. Merci, mesdames et messieurs les fumeurs de laisser une telle offrande au site !!! Petit trajet toujours avec notre véhicule et nous voilà devant le Sphinx. Elle m'apparaît vraiment belle. Dans ma tête cela a toujours été une fille/femelle et cela le restera. Nous parcourons toute la zone et en particulier le temple de la momification permettant d'avoir une vue plongeante sur la damoiselle. Des jeunes garçons proposent de vous prendre en photos, avec votre appareil, dans des poses plus ou moins drôles pour 2 euros. Le plus jeune de notre bande de 4 s'en amuse beaucoup. J'aime particulièrement l'axe de regard arrière permettant de sentir la féline dans ce monument en pierres. Nous quittons la zone vers 10h30 avec un sentiment mitigé de trop court et aussi d'agacement lié aux comportements des petits vendeurs. Et c'est parti pour Saqqarah. Comme nous sommes à un rythme TGV, nous avons juste le temps d'une pause pipi et même pas de passer par le musée. Premier arrêt pour l'intérieur de la pyramide de Teti où le gardien nous propose de faire des photos pour une petite obole, même si juste avant d'entrer notre guide nous a dit qu'il était interdit, comme d'hab dans les tombes, de faire des photos. Rien de bien spectaculaire. Nous parcourons ensuite les magnifiques pièces de la Mastaba de Mérérouka. Les bas reliefs sont plus que splendides. Il fait vraiment chaud dans ce secteur et l'ombrelle /parapluie est de sortie ! Dernière étape du site le complexe de Djeser. La pyramide à degrés est en travaux de restauration et sauvegarde. C'est un endroit Wouaouhh dont émane toute la grandeur des temps passés. C'est peut-être le lieu où je me suis le plus sentie en contact avec les réalisateurs de ces incroyables monuments capables de traverser les millénaires. Par contre, la chaleur nous obligeait à raser les murs à la recherche des toutes petites surfaces ombragées. Dans le lointain on aperçoit la pyramide rouge et d'autres monuments. Une journée complète pourrait être consacrée à cette zone. C'est l'heure du point halwa. La veille, j'ai vu sur Internet que dans certains pays on parle plutôt de halawa. Je fais donc part de cette découverte et là les yeux du guide et du chauffeur s'ouvrent bien grand. Mais oui, mais c'est bien sûr… du halawa. Dans nos oreilles guère de différence entre halwa et halawa mais apparemment dans les leurs suffisamment pour que cette énigme tienne 2 jours. C'est du halawa que vous voulez ? Mais oui, mais oui… On s'arrêtera sur la route du retour pour en acheter d'autant plus que nous avions déjà demandé un stop pour prendre du raisin. En roulant, divers étals de fruits nous avaient fait des clins d'œil, en particulier le raisin. Il est midi et c'est maintenant la découverte de Memphis, après avoir longé une route bordée d'ordures et de nombreuses échoppes de tapis. Aucun arrêt ne nous est proposé et c'est tant mieux. Il ne reste guère de traces des constructions mais quelques statues et en particulier un Ramsès des plus nobles même si il est couché. C'est une de mes statues préférées du voyage pour sa majesté et sa finesse. Nous devions repartir vers 12h40, mais nous avons dû attendre une vingtaine de minutes car Mustapha était à la mosquée et la prière a duré plus que prévu ! Aucune échoppe d'eau n'était ouverte et nos bouteilles étaient vides car la chaleur était très asséchante. Notre chauffeur nous a proposé des petites bouteilles à 4 livres pièce. C'est la première fois qu'il le faisait. La halte déjeuner a lieu au Saqqarah, C'est dans les mêmes bases que les jours précédents toutefois franchement bof, bof et 50 livres pour 2 cocas, 1 eau et 1 thé. Là encore un maxi resto pour une mini clientèle composée de nous et de deux autres personnes. Un malheureux musicien et un vendeur de bimbeloteries tentent de nous intéresser et réussissent à nous faire légèrement craquer: et un petit chat en métal pour l'amie des chats gardienne de la notre. Il est 14 heures quand le minibus redémarre. Premier stop dans une épicerie, raisin et eau sont disponibles mais pas de halawa. Le deuxième stop sera le bon et chaque binôme a droit à sa boîte. Notre compagne de voyage ne connaissait pas du tout. A posteriori, nous nous disons qu'il avait du mal à comprendre notre demande car très peu de touristes doivent en avoir une de ce type ! A 15 heures, le minibus se gare devant l'hôtel et notre guide nous quitte avec quelques billets. il a été sympa mais peu investi. C'est une journée beaucoup trop courte à notre goût qui nous laisse une amère impression de nous être fait avoir. Nous aurions le temps de retourner aux Pyramides mais la partie masculine du binôme s'y refuse très fermement "On ne va pas retourner se faire emmerder comme ce matin…". Du coup, j'en veux énormément à ces maudits vendeurs nous ayant rendu le moment si désagréable qu'il est impossible d'y retourner. Toutefois, commence à germer l'idée que peut-être le soir, c'est moins pénible. Donc, je m'informe à la réception et un sympathique employé me dit qu'un taxi nous couterait 80 livres pour être emmenés, attendus et ramenés et le spectacle 75 livres par personne. On va y réfléchir… Plus avance l'après-midi et plus l'option "Sons et lumières à Gizeh" nous apparaît comme une bonne conclusion à ces deux semaines. Allez, c'est décidé. Le taxi est commandé pour 21 heures car la version en français a lieu à 21h30. Le dernier dîner passe vite et c'est déjà l'heure de partir. A la billetterie, on nous propose 3 tarifs. Nous optons pour l'intermédiaire à 75 livres. Au final, nous nous retrouvons au premier rang, dans les places à 90 livres, car nous ne sommes qu'une trentaine de spectateurs. Pour filmer, il faut payer un supplément. 50 minutes de beau spectacle varié et dynamique nous est offert. Les monuments sont mis en valeur par différentes couleurs, images, lasers… Un vrai plaisir pour nos yeux et un réel bonheur de voir le Sphinx et les Pyramides en ces atours. Notre chauffeur nous attend à la place dite et nous ramène à l'hôtel. En route, nous apprenons qu'il est catholique – pourtant notre guide nous avait dit qu'il n'y en avait plus en Egypte. Dans les rues, les réjouissances du premier vendredi soir de Ramadan sont multiples. Une fête se tient dans notre hôtel, musique et spectacle sont proposés, nous en profitons en dégustant un jus de fruit. Cela nous permet d'observer un groupe de femmes, toutes tête couverte, sauf une étrangère visiblement. Certaines portent des turbans, des foulards enroulés… il y a beaucoup de recherche esthétique dans le respect de cette obligation (en théorie non –encore –obligatoire mais en pratique si).
L'entrée est à 1 clic...
Le spectacle est à 1 clic...
Texte Texte P'tis + Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... Intro © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...