Mardi 14 août 2012 Vous prendrez bien un peu de sel...
Premier hôtel de sel...
Montanitas...
Au coeur du sel...
Eau, sel, sable et roches en 100% couleurs intenses un parcours passant par le sud du Brésil, le nord de l'Argentine, le sud de la Bolivie et le nord du Chili
SALAR D'UYUNI - Bolivie
Hostal la Magia de San Juan - 89 dollars - OK Caractéristiques Hôtel au coeur du petit village. Bel espace central lumineux sous verrière. Points + La sympathie des gérants, la qualité du dîner (aux dires des autres voyageurs) et le buffet du petit déjeuner. Les petits coins salons en divers endroits de la structure. Points - Le non-chauffage bien que l'hôtel ait été annoncé chauffé - un radiateur nous a été fourni. La mauvaise isolation de la construction, dans la salle à manger le vent s'engouffrait par les trous de la porte donnant sur l'extérieur.
Momifié...
Incahuasi...
Une journée lumineuse en variations de bleu et de blanc
Belles rencontres...
SALAR D'UYUNI J3 INTRO/COMMENTAIRES SALAR D'UYUNI J1Allez, il est 7h30 et c'est l'heure de sortir le bout de son nez et d'affronter les 11° qu'il fait dans la chambre. Heureusement le soleil commence à chauffer et à faire fondre la glace des vitres. Une bonne douche bien chaude et un petit déjeuner revigorant nous mettent en plein forme avant de partir nous saler un peu vers 9h15. La voiture prend la direction du plus vieil hôtel de sel, en exploitation amoindrie. Nous passons devant des montanitas de sel et quelques sauniers sans nous arrêter. Nous nous disons que l'arrêt se fera devant les prochains... La visite est payante car il faut acheter une bricole à la boutique pour pouvoir rentrer photographier le "musée" et aller aux commodités. Bon, c'est un stop un peu obligé sans pour autant être marquant ! Des chauffeurs de 4x4, avec des officiels, demandent leur route à nos accompagnateurs car ils n'ont pas de GPS. C'est tout droit... Nous avons un top GPS... humain !!! Je questionne pour savoir où sont les prochaines montanitas pour apprendre qu'il n'y en a pas d'autres, donc retour de quelques kilomètres... C'est le plus grand désert de sel du monde mais son exploitation est minime. Les sauniers travaillent à la pioche et à la pelle. Ils râclent le sel sur quelques centimètres et en font des petites pyramides qu'ensuite ils ramassent et emmènent au lieu de traitement. La méthode est des plus artisanale. C'est l'occasion de tenter de faire quelques photos sous une lumière frappante ! S'ensuit pratiquement 1h30 de route au milieu du sel pour rejoindre une des nombreuses isla: Incahuasi ou maison de l'Inca. Un arrêt de 2 heures y est prévu. Cela nous donne le temps de parcourir l'île après avoir acquitté un droit de 30 bobs par personne, de déjeuner, de flâner, d'admirer le paysage, de photographier les cardons, de nous arrêter dans le petit musée, d'observer la table des sacrifices à Pachamama dont c'est la période de fête et d'y voir une tête de biquette... Il y a du monde sur ce site spécialement dédié au tourisme. La plupart des autres îles sont interdites d'accès pour les préserver. Toutefois, une bonne partie des touristes présents se passe de "l'ascension". Donc, nous serons quasiment tous seuls à admirer l'étendue salée autour de nous. A notre retour, c'est une montagne de nourriture qui nous attend: pâtes, milanesa, pommes de terre, tomates, concombre, thon, bananes et Coca-Cola. Comme il n'y a pas de café, nous en prenons un au restaurant du complexe, peut-être une mauvaise idée... L'île est au milieu d'une mer blanche avec dans le lointain des volcans. C'est spectaculaire et vaut bien le déplacement même si nous n'allons rester que quelques heures dans cet univers. Chapeau et lunettes de soleil sont des accessoires indispensables pour vivre confortablement ce moment d'intenses lumières pures. Et zou, à 13h30, en voiture pour une nouvelle traversée salée. Elle nous mène, après quelques paradas para fotografiar, à Tanil Vinto pour aller voir une grotte. Les derniers kilomètres se sont fait sur une piste bien plus cabossée que la route salée. Pendant ce temps, nous discutons de divers sujets, écoutons de la musique bolivienne jusqu'au moment où ils nous demandent d'écouter de la musique française. Sortie de la tablette, tour de notre playlist réduite et ce sera Rachid Taha, Yannick Noah, Idir, Moussu T et loi Jouvens et le martiniquais Eugène Mona. Nous les sentons un peu surpris de nos propositions. Ils aiment bien ce qui bouge et cela dansotte dans la voiture ! La dame qui tient la grotte n'est pas chez elle. Une voisine nous dit qu'elle est partie faire des courses en fin de matinée. Un bus arrive dans le lointain, nous attendons en espérant... et ce sera pour rien. Donc au bout d'une trentaine de minutes, c'est l'abandon de la visite. Il s'agit maintenant de rejoindre San Juan de Rosario et ses 3 760 mètres, avant la fermeture de la nécropole. Toute la région est une zone de culture de la quinoa. Une bière est fabriquée avec, impossible d'en trouver pour la tester et de toutes façons même si... Une colline, des monticules ou chullpares par dizaines et à l'intérieur des momies d'Aymaras habitants de la région au XIIIème et XIVème siècle. L'importante sécheresse du secteur les a particulièrement bien conservées. Elles étaient là depuis des siècles, dans leur cocons protecteurs, avant d'être soumises à l'œil du visiteur. Une grande surprise où nous avons eu l'impression de faire intrusion dans l'intimité de "seigneurs" du passé ! Certaines momies ont la tête allongée, c'était une pratique courante dans cette ethnie. C'est un lieu que nous vous recommandons d'inscrire à votre programme. Avant de rejoindre l'hôtel, un arrêt boutiquette de souvenirs. Bon pas grand chose, j'achète des chocolats et en offre à une fillette. Surprise l'hôtel annoncé chauffé ne l'est pas réellement. La gérante me montre la grande verrière et m'explique qu'elle chauffe l'espace pendant la journée. Mais la nuit, elle sert surtout à voir les étoiles et plus à chauffer ! A savoir, même les hôtels les plus chicos ne chauffent que quleques heures le soir. Il fait dans les 18° en fin d'après-midi, donc plus tard il risque de faire frisquet. Il y a des trous partout dans les pourtours de fenêtres, une opération bouchonnage au papier toilette s'impose. La douche est bien chaude et tout semble aller pour le mieux. Tout semble... Vers 18 heures, le craint arrive... Monsieur Madikéra commence à aller mal et squatte les toilettes. Heureusement nous avons une belle réserve de papier achetée à Tupiza car on nous avait dit qu'on pourrait en avoir besoin ! Il a froid, il grelotte. Du coup, je vais commander du maté de coca et négocier un radiateur. Le gérant nous en amène un mais lorsqu'il le branche, il casse la seule prise de courant de la chambre, donc pas de radiateur et impossible de recharger les batteries. Quand une option ne fonctionne pas, il suffit d'en trouver une autre. Un fil est tiré depuis une autre pièce et voilà le radiateur ronronne. Il maintiendra une température limite agréable. Rien ne s'améliore du côté du malade. Je dîne seule, dans une salle à manger ouverte à tous vents et au milieu d'une dizaine de touristes. Le menu se compose de soupe, poulet grillé avec pommes de terre, de différentes salades en buffet et d'une salade de fruits avec de la noix de coco râpée. C'est copieux et les autres ont l'air d'apprécier moi j'ai du mal car entre chaque plat je file vérifier comment cela va dans la chambre. Un peu de soupe tente de réchauffer l'alité mais repart aussitôt. Vers 21 heures nos chauffeurs viennent voir ce qui se passe car le gérant de l'hôtel leur a dit que cela n'allait pas. Nous envisageons différentes options pour le lendemain: repartir vers Uyuni, aller au Chili par Avaroa, aller directement à SPA... La nuit nous orientera. Et la nuit fut difficile. J'ai aussi souffert d'un épisode ponctuel de rejet et après tout est allé bien. Pas de maux de tête, pas de difficulté à respirer, c'est uniquement le système digestif qui trinque et qui trinque bien ! Cela vient d'où, est-ce la puna ou mal des montagnes, est-ce une indigestion, est-ce l'eau de la douche, est-ce le café ??? Probablement un mélange du tout sur des organismes un peu fatigués en cette mi-voyage. Ce fut une nuit sans sommeil où la trousse à pharmacie fut hautement sollicitée sans donner de résultats probants.
LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... P'tis + Texte Intro Texte Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...