MERCEDES - Argentine
Jeudi 2 août 2012 En route vers une nature sauvage
RESTAURANT SABOR UNICO Menu, coût et commentaires Une adresse où nous avons dégusté un poulet au curry/compote de pomme et un lomo accompagné de purée de maïs et de carottes sautées. Le tout arrosé d'une grande Quilmes. 138 pesos. Nous vous recommandons fortement cette bonne table. Nous avons apprécié La vraie cuisine, le service souriant, l'ambiance feutrée. Nous avons été déçus Par rien.
Une journée bus-sinante...
La valse des bus va vraiment commencer aujourd'hui… En effet, pour aller de SIM aux Esteros del Ibera deux solutions s'offrent à vous: en transfert privé pour 300 dollars et 5/6 heures environ ou en bus publics pour moins de la moitié et plus d'un jour. Nous avons du temps et l'envie de découvrir la zone donc l'option économique l'a emporté. Debout à 7 heures, une douche, bouclage des sacs – au passage nous constatons que l'organisation choisie fonctionne bien car ils le sont en quelques minutes – paiement de la facture, montée dans une remise (en attente de l'autre côté de la route), 12 pesos en moins dans le porte-monnaie et vers 8 heures, c'est l'arrivée au terminal. Le prochain bus devrait passer à 8h30, le ticket coûte 36 pesos pp. En l'attendant, je photographie le chien du terminal, achète gâteaux et boissons pour la route et… pas de bus à l'horizon. Que-se-passe-t-il ? Le guichetier nous fait signe, change nos premiers billets pour le bus de 8h45 de Rapid del Norte car le précédent est en retard. Dès l'entrée dans le bus, une température glaciaire se fait sentir. Une polaire sur les épaules plus un châle et cela devient presque supportable ! Il est 10 heures quand le bus se gare à Posadas. Le terminal est en bordure de route et en périphérie de la ville. Première opération: rechercher les horaires des bus pour Corrientes. Il nous faut faire le tour des guichets, regarder les affichettes pour savoir quelles sont les compagnies y allant, demander quels sont les horaires… Rio Uruguay a un départ en semi-cama à 11h, pour 113 pesos pp. Nous le choisissons car lors du trajet Puerto-Iguazu/San Ignacio Mini nous n'avons pas eu froid. Comme en tous les trajets des places précises nous sont attribuées, les 5 et 6 à l'avant du bus. Cela nous laisse le temps d'un passage par la confiteria. Un café trop fort à nos goûts et un croissant (31 pesos) nous remplissent un coin d'estomac. Un petit tour par les banos et zou au quai de départ. Les sacs partent en soute contre un ticket d'enregistrement et un billet de 2 pesos. Nous vous conseillons de prévoir une réserve de billets lorsque vous enchaînez les trajets. Les bagagistes de la montée et de la descente attendent de vous une propina. Vous y échappez seulement s'il s'agit du chauffeur ou du steward (en tous nos déplacements nous n'eûmes aucune hôtesse). La route est belle, diverses petites villes s'enchaînent dans un bus peu rempli. Un film est diffusé, nous le regardons plus ou moins, cela a l'avantage d'aider à faire passer le temps. En moyenne, les bus parcourent 80 kilomètres en une heure. La plupart du temps, les films diffusés sont du registre "actions". Une boîte snackette et une boisson sont comprises dans le prix. Arrive la découverte d'un nouveau terminal à 15h30, celui de Corrientes. Et c'est reparti pour la recherche des horaires. Il n'y a que deux compagnies pour aller à Mercedes. Sylvia part à 17 heures et l'autre à 18h30. Donc, c'est la première qui emporte nos 78 pesos pp. Nous avions peur de ne pouvoir enchaîner ces trois trajets dans la journée et youppie c'est faisable. Du coup, il y a du temps pour remplir nos porte-monnaie de nouveaux pesos. Le DAB du terminal est en réparation, donc il faut aller voir plus loin. Je reste sur place avec les sacs et la moitié masculine du team part explorer les environs. A droite, il n'y a rien de visible, sauf une vendeuse de fruits aux délicieuses mandarines à 2 pesos les 4. En face, nous notons deux hôtels… fermés ! A gauche, un centre commercial est équipé en DAB. Allez, braves petits porte-monnaie, voilà 1 000 pesos. Le temps passe au rythme des grignotages, des allers et retours aux banos et des observations des personnes allant et venant. Dans les bus longs trajets, il y a des commodités mais pas forcément dans ceux faisant des parcours de quelques heures. Donc vite un tour aux banos avant de monter dans le bus jaune, peu rempli. A 20h15, il fait nuit et le petit terminal de Mercedes est en vue. Contrairement à la veille, avant de partir vers l'hôtel, nous nous informons des horaires en direction de Colonia Carlos Peligrini, le collectivo (basique) et le micro (climatisé) partent à 12h30. Une remarque nous interpelle "Le bus part uniquement s'il ne pleut pas...". Une remise attend sur le parking. Quand nous lui disons souhaiter aller à l'hôtel Del Sol, il nous déclare que c'est tout droit et à 3 blocs et donc que nous pouvons y aller tranquillement à pieds. C'est bien la première fois qu'on refuse de nous transporter !!! Bon, 3 blocs, ce n'est rien donc en route les sacs, dressez-vous sur vos roulettes. La localisation, dans les villes, se fait par bloc. Un bloc, c'est l'espace entre deux rues. Donc, à 3 blocs, cela signifie 3 rues à traverser avant d'être arrivés. Un bloc, 2 puis 3 et toujours rien, allez un 4ème et encore rien. Je demande à une dame. Elle m'explique que l'hôtel est encore à 4/5 blocs, en fait 2 après la place principale. Nous serons arrivés quand nous verrons des lumières vertes. Heureusement il y a peu de monde dans cette rue principale aux multiples commerces. Surprise, un supermarché DIA, le monde s'identiquise de plus en plus ! Allez les sacs, cela roule… la place, 1 bloc, 2 blocs et un panneau "Hôtel del Sol" ouf , en plus il y a un resto en face. Il est 20h45 et il fait faim !!! Une chambre est disponible. Les sacs vous avez été sympas, vous avez le droit de vous reposer pendant que nous nous précipitons chez Sabor Unico. Coup de chance, c'est la bonne table de la ville donc ce fut un repas MIAM-MIAM, bien mérité après 8h30 de transport. C'est en rentrant que les lumières vertes sur le trotttoir nous ont marqués et que nous avons compris l'allusion de la dame. Le réceptionniste nous souhaite une bonne nuit et nous dit "Demain, vous irez à Colonia Carlos Pelegrini, s'il ne pleut pas...". Le mode dodo est activé vers 23 heures.
Eau, sel, sable et roches en 100% couleurs intenses un parcours passant par le sud du Brésil, le nord de l'Argentine, le sud de la Bolivie et le nord du Chili
Hôtel del Sol - 250 pesos - OK Caractéristiques Hôtel de ville autour de 2 patios, Wifi très lent, pas d'ordi, petit déjeuner buffet bien achalandé. Points + Endroit calme et gigantesque salle-de-bains, donc on peut y stocker les sacs. Points - Chambre pour trois un peu encombrée par les lits, juste pour s'y mouvoir à deux donc à trois ? Chauffage antique ne donnant pas envie d'être allumé donc couvertures de sortie.
ESTEROS DEL IBERA J2 INTRO/COMMENTAIRES SAN IGNACIO LE NOUVEAU SITE EST PAR LA... P'tis + Texte Intro Texte Namibie2015 Martinique Sud AmSud Egypte Patagonie RepDom Yellowstone Equat/Pérou Brésil Haïti Québec Hiver France RépTchèque Autres Tyrol Italie © Madikéra 2010/2015
Plan du site
Pour nous écrire...
Livre d'or
Nos sites fétiches...